Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 juillet 2010 2 20 /07 /juillet /2010 11:26

Autres membres du MUR reconnus dans l’Affaire «Flora»

 

1- Beinse, Pierre, français, marié, catholique, 28 ans, anciennement employé à l’Office du ravitaillement, domicilié quartier des Réformés à Marseille. L’Evêché peur donner l’adresse. Voir interrogatoire Simon. S’est fait faire une fausse carte d’identité pour ne pas être appelé au Service du Travail Obligatoire et en a demandé une pour un camarade.

 

2- Mentha, Daniel (?), français, marié, catholique, domicilié 4 rue François Fabier à Toulon (1er étage). Tél. Toulon 4420 ou 4220. Alias Daniel. Alias Mathil. Chef régional Franc-Tireur. En fuite depuis le 20 avril 1943 lorsqu’il a eu connaissance de l’arrestation de Amphoux.

 

3- Pivolo, un des deux frères du Commerce des Glaces «Glaces Pvolo», 58 rue Consolat à Marseille. Dépôt de Franc-Tireur.

 

4- Bredeau, Roger, français, marié, catholique, capitaine de la Marine marchande à la Compagnie de Navigation Fraissinet, rue Beauveau à Marseille, bureau de l’Armement, domicilié 10 lotissement de la Clémentine, Saint Barnabé à Marseille. Alias Maurel. Alias Herbé. Chef de l’Armée Secrète à Marseille. En fuite depuis les premières arrestations dans l’Affaire «Flora».

 

5- Véran, chef d’une agence de la rue Vacon à Marseille. Etait employeur de Floiras, voyage continuellement. Désigné par Amphoux comme membre important du MUR. Jean-Pierre Véran ou son collaborateur est chef du Service des Renseignements interalliés. Boîte aux lettres MUR.

 

6- Gros, Claude, français, marié, catholique, 42 ans, professeur de collège, domicilié 44 boulevard Périer à Marseille, 3é étage. Alias Lignon. Rencontré le 27 mai 1943 chez le Docteur Crouzet, chef de district et chef adjoint de ROP Marseille. Compte tenu de sa situation de professeur de collège et de personnalité bien connue à Marseille, a été laissé en liberté, étant donné qu’il soutient n’avoir jamais été membre actif et qu’il assura vouloir faire de la propagande pro-allemande à partir de ce jour. L’examen de documents saisis chez Beaujard ont fourni les renseignements suivants : Gros Claude, N° 1440, 44 boulevard Périer, 3è étage, canton N° 9 agrégé Sorbonne. Professeur au lycée Saint Charles, 41 ans, ancien.

 

7- Chevance, 33 ans, 1,75 m, cheveux foncés, vigoureux. Alias Nerbin, Alias Villas, Alias Barlioz. Alias Bress, Alias Tramolini. Chef régional de Combat et agent de Frenay. S’est enfui lors des arrestations avec l’aide de Koch (arrêté), Chevance n’a pu être retrouvé.

 

8- Lapoule (nom de guerre), agent technique Air France à Marignane (B.du R.). A amené Thiallier à la COPA (aucun renseignement).

 

9- Carrière Jean-Pierre. Alias Jean-Louis. Alias Garnier. Alias Dr Vincent. Alias Chabert. Chef national de COPA, est paraît-il depuis six semaines à Londres.

 

10- Larat. Alias Parisot. Alias Xavier. Agent au Chef national de COPA. Arrêté à Lyon.

 

11- Lauron. Alias Lanique. Chef départemental des Francs-tireurs de l’AS. Arrêté par les Allemands au début de 1943.

 

12- Riofol (orthographe phonétique), capitaine de l’armée française. Il se trouve à la caserne St-Cyr à Aix. Homme de confiance d’Aubry.

 

13- Avricourt, 38 ans, 1,71 m, petite moustache, front dégagé, domicilié à Lyon, de son vrai nom Aubry Maurice. Chef d’Etat-major de l’AS. Arrêté à Lyon.

 

14- Méchin, arrêté il y a quatre mois à Lyon.

 

15- Panelli André, français, célibataire, 20 ans environ, 1,63 m, corpulence moyenne, corse, cheveux foncés, employé de bureau, domicilié à Marseille rue Sainte-Françoise, était employé chez Sapvin, 15 rue Forciat à Marseille. Agent recruteur de l’AS pour le 2e bureau (voir à Clavet). Se trouve maintenant dans un camp de jeunesse.

 

15bis- Marenco Ernest, 32 ans environ, cheveux foncés, fort, catholique, marié, boxeur français, domicilié Villa Les Treilles, route du Cap Brun à Toulon. Alias Jean-Pierre. Chef départemental Groupes Francs. S’est enfui lors de son arrestation le 26 août 1943.

 

16- Delabre, français, catholique, 30 ans, 1,67 m, fort, cheveux foncés, visage rouge, mécanicien, habite avec sa femme jusqu’à l’arrestation de Maisons le 18 mai 1943 au 18 rue des Petites Maries à Marseille au 3e étage à droite. Alias Berger. Chef départemental de Groupe Franc pour les B. du R. Voir Brown et Maisons. Arrêté le 14 septembre 1943, s’est évadé le 4 octobre 1943.

 

17-  (illisible) Alias Boule (illisible). Alias Arnoux. Chef départemental de Combat pour les Alpes-Maritimes. Arrêté à la (manque) fin avril 1943 par les Italiens.

 

18- Bascans. Alias Petit. Chef départemental de Libération pour les Alpes-Maritimes. Arrêté en avril par les Italiens.

 

19- Richard. Exactement Weil, juif. Alias Lyons. Chef départemental des effectifs de l’AS dans les Alpes-Maritimes. Arrêté par les Italiens fin avril.

 

10- Canivet Max, publiciste très connu à Nice, agent de liaison avec Londres (voir Brown), est encore recherché.

 

21- Leray Roger, français, marié, catholique, 32 ans, 1,72 m, cheveux foncés, taille élancée, domicilié Villa de la Vigie près de Vervier à Toulon. Alias Leger. Chef départemental de Libération pour le Var. En fuite depuis l’arrestation de Vervier le 11 mai 1943, n’a pas été retrouvé jusqu’à présent.

 

22- Sarie (nom véritable), 48 ans, 1,65 m, cheveux foncés, corpulence moyenne, secrétaire général à la sous-préfecture de Toulon, domicilié à Toulon. Alias Henriet. Chef départemental de Combat dans le Var. En fuite depuis les dernières arrestations, est toujours recherché.

 

23- Morron (nom véritable), français, catholique, 40 ans, 1,65 m, cheveux gris, corpulence forte, capitaine d’infanterie coloniale, chef du service des réfugiés à Draguignan. Chef de secteur de l’AS. La Section de Draguignan a été informée.

 

24- Lorrin (nom véritable), paraissant 45 ans, 1,70 m ; cheveux gris, taille mince, domicilié à Aix, manchot, peintre. Travaillait avec Juvenal.

 

25- Guibaudo, français, inspecteur de police à Toulon, agent de renseignement de Le Roy, arrêté en mai 1943 par les Italiens.

 

26- Alain (nom de guerre), 28 ans, 1,65 m, cheveux foncés, peut être joint par l’intermédiaire de Théobol Jacques, 21 rue de Montesquieu à Lyon où Brown devait adresser les radiotélégraphiques et les postes émetteurs. Il y aurait lieu de placer un radiotélégraphiste qui travaillerait dans nos intérêts et avec la recommandation faite de la part de Leroy.

 

27- Théobal, chef national, assure la liaison entre la France et Londres, arrêté à Lyon.

 

28- (illisible) Jean-Pierre. Alias Jean-Pierre. Alias Gilles. Alias Robert. Alias Dupré. Chef national Francs tireurs. Peut être trouvé à La Fabrique de boutons de l’Ile Roy en demandant M. Robert par l’intermédiaire de M. Calaman. Au cas où M. Calaman demanderait un mot de passe (selon les dires de Brown), le conduire révolver au dos à sa demeure où Robert habite. Ne pas se servir du tramway. Il y a 7 minutes de marche. On peut également dire que le colonel Duboin a procuré l’adresse (n’a pas encore été retrouvé).

 

29- Capitaine Fresnay (véritablement Frenay). Alias Lefèvre. Alias Tavernier. Alias Gervaix. Chef national de Combat, personne dynamique et la plus active du MUR, 35 ans, 1,68 m, cheveux foncés coupés courts, moustache, fausses lunettes, yeux bleus, front dégagé, corpulence moyenne, toujours en compagnie de sa secrétaire paraissant 50 ans, cheveux blancs, 1,65 m et connue sous le nom de France. Toujours accompagnée de deux hommes. On peut toujours le joindre à Mâcon, à 50 km au nord de Lyon, à l’hôtel de Bourgogne en demandant Gervaix de la part (trouver un nom). C’est un hôtel dont on interrogera le propriétaire. Gervaix n’habite pas cet hôtel qui pratique le marché noir. Ce renseignement nous facilitera l’arrivée (na pas encore été retrouvé).

 

30- Cremieux, Francis, 22 ans, célibataire, juif, fils de Crémieux déjà arrêté, chef régional de NAP et de l’SR. Alias Calvi. Alias Sacone. Chef des Mouvements unis d’Allemagne par l’intermédiaire de la Suisse. Arrêté vers le 10 mai 1943 à Lyon par la police française avec sa maîtresse n°30.

 

31- Quicandon, Jeannine. Alias Michèle. Arrêtée, a été relâchée immédiatement par la police française pendant que Crémieux fils restait quelque temps en détention. Arrêté à Lyon, Crémieux aurait été remis par la section de Lyon de la police allemande. Michèle, agent de MUR est encore en liberté et n’a pu être retrouvée. Elle était également le courrier de MUR.

 

32- Juvenal, Max, français, marié, catholique, né le 22 novembre 1906 à Aix, avocat, domicilié 52 bd Notre Dame à Aix. Alias Ovide. Chef départemental des Mouvements unis des Bouches-du-Rhône, en fuite depuis le 11 mai 1945 lors d’une tentative d’arrestation. Est encore l’objet de recherches.

 

33- Bon, Léon, français, marié, catholique, 65 ans environ, cheveux blancs, sénateur des Bouches-du-Rhône pour l’arrondissement d’Aix, domicilié 317 avenue du Prado à Marseille. Conseiller politique des Mouvements unis. En fuite depuis les arrestations de mai 1943, n’a pas encore été retrouvé.

 

34- Esbailly (ilisible) (nom de guerre), juif. Alias Renaud. Membre du Comité directeur des Mouvements unis. Chef régional de (manque) pour la région de Montpellier. N’a pu être retrouvé.

 

35- Aubrac (nom de guerre). Inspecteur de l’AS. Arrêté il y a quatre mois environ avec Méchin par le détachement de Lyon à Lyon.

 

36- Hammerich, librairie-papèterie, rue Lamaigue à Toulon. Le mari et la femme servent de boîte aux lettres au secrétariat de Toulon et de dépôt de journaux. Avoir donné le mot de passe, la femme conduit la personne au secrétariat général (est arrêté à nouveau).

 

37- Legendre, 60 ans, 1,72 m, corpulence moyenne, cheveux blancs, habite avec sa femme au troisième étage de l’immeuble 10 rue Clapier à Marseille. Alias Gaspard. Alias Gallo. Alias Germain. Chef du MU à Marseille et plus particulièrement de ROP avec l’agent n°37.

 

38- Femme Arnaud, 45 ans, domiciliée 7 Traverse Sainte Bazille à Marseille, premier étage.

 

39- Gérard, 23 ans environ, de son vrai nom Hermann, a habité à l’entresol du palais Espagna à Nice. Vers la mi-mai, la police française a saisi chez lui un matériel de falsification de papiers. En fuite depuis lors. Agent de liaison de MU. Introuvable.

 

40- Martin Brett (nom véritable), 48 ans, 1,60 m, cheveux foncés, corpulence moyenne, domicilié à Manosque (BA). Chef départemental de MU et auparavant de Combat pour les Basses-Alpes. Arrêté à la demande de la police italienne à Manosque, au début de juillet 1943 avec d’autres personnes. Surveillé après son arrestation par un policier français, ce dernier fut retrouvé assommé, mais aurait aidé Martin Brett à prendre la fuite (parti au maquis, arrêté à Araison le 18 juillet 1944 et fusillé).

 

41- Gallet (nom de guerre), plus de 40 ans, 1,69 m, domicilié à Avignon. Verviers pourrait indiquer son bureau : en venant de la gare, prendre la passerelle, on trouve à gauche la Compagnie des pétroles. Dix mètres après l’entrée, on trouve une baraque en bois où une pièce assez grande sert de bureau à Gallet, chef départemental MU et auparavant de Combat (voir n° 44) en fuite.

 

42- Boireau Père. Alias Lavenue. A résidé 96 avenue de la Corniche à Marseille. Membre du 2e bureau de l’AS. Aurait été arrêté avec son fils par le détachement de Montpellier.

 

43- Cibil (partiellement illisible), probablement colonel. Alias Ali. Domicilié 3 rue Mireille à Marseille. Chef du 1er bureau, s’occupe des questions financières, se serait rendu en février 1943 en Espagne avec le général Schmidt alias Keller.

 

44- Duvivier, capitaine, chef du 4e bureau (matériel de circulation-transport), serait au courant des enquêtes de terrorisme et employé au Commissariat pour la lutte contre le chômage, 243 boulevard National à Marseille. Arrêté le 1er septembre 1943.

 

45- Ganfre, commandant d’aviation, employé à la Compagnie industrielle du pétrole. Son bureau est la première pièce en entrant dans la maison. Chef de Combat à Avignon. Probablement la même personne que le n° 44 arrêté à Avignon. S’est évadé.

 

46- Bedel, colonel, commandant la place d’Aix, domicilié près de la caserne Forbin à Aix. S’est déclaré prêt à se charger de kommando en cas de débarquement. Les Italiens ont saisi une partie du matériel qu’il cachait.

 

47- Lambert, capitaine, chef de Combat de l’AS à Toulon.

 

48- Marquis, employé à la Caisse d’Epargne de Toulon, près du Théâtre. Jouerait un rôle important dans MU. Les cas de Marquis, Lambert, Bedel sont à élucider.

 

49- Ducousso, commandant, grand, maigre, d’allure dégagée, se trouvait jadis en Syrie. Appartient à MU.

 

50- Arnaud, Fernand, français, marié, catholique, 45 ans, 1,65 m, cheveux foncés, son bureau est situé 48 rue Pierre Puget à Marseille. Tél. Dragon 5348. Ne s’est pas montré depuis six semaines. Adjoint de Morel, chef de la région de l’AS à Marseille. Arrêté le 30 août 1943.

 

51- Miguet. Alias Le Houx. Employé d’octroi rue Montgrand à Marseille. Chef du 4e bureau de l’AS sous la direction de Bredeau. Arrêté le 28 août 1943.

 

52- Braux (nom de guerre ?), français, 50 ans, 1.72 m, cheveux foncés, calvitie, domicilié à Marseille, professeur d’Enseignement technique à l’Ecole professionnelle. Chef du 3e régiment de l’AS.

 

53- Dick (nom de guerre), français, 40 ans, 1,67 m, fort, cheveux foncés, chef du 2é bureau de l’AS, agent pour la Région de l’IS. Agent. Arrêté le 10 septembre 1943, mort le 23 septembre 1943.

 

54- Dastier de la Vigerie Bernard (?). Alias Bernard. Alias Fouché. Chargé des affaires politiques au comité directeur de MU.

 

55- Moulin Jean. Alias Max. Alias Régis. Délégué personnel du général de Gaulle. Président du comité directeur des MU. Arrêté le 25 juin 1943 par le détachement de Lyon.

 

56- Général d’armée à cinq étoiles, âgé, domicilié à Nîmes, chef départemental de l’AS pour le Gard (cas à élucider).

 

57- Jeune professeur de lycée de Nîmes, 28 ans, 1,72 m, visage étroit, cheveux épais, cheveux rejetés en arrière, chef départemental de MU pour le Gard, professeur de philosophie (cas à élucider).

 

58- Reuter, professeur à l’université d’Aix, a amené Bernheim à entrer en 1943 dans le mouvement Libération. Voir Bernheim (cas à élucider).

 

59- Bertiet. Alias Saint Just. Au centre de Lyon. Arrêté et fusillé le 13 juillet 1944.

 

60- Varnier (voir interrogatoire de Bernheim), agent principal de NAP à la mairie de Marseille. Arrêté.

 

61- Bouton (voir Bernheim), agent principal de NAP au Gaz de Marseille. Arrêté le 20 octobre 1943, pas de preuves suffisantes.

 

62- Combadieu (voir Berheim), principal agent de NAP à la Poste de Marseille. A recruté les agents de renseignement suivants :

 

63- Tramontane (voir Berheim), de son vrai nom Robeyrenc Henri, télégraphiste. D’abord agent de NAP, puis agent de renseignements à Marseille. En fuite depuis le 2 avril 1943.

 

64- Mistral (voir Bernheim), employé des Postes, de son vrai nom Michel, boîte aux lettres des services de renseignement de Marseille. Arrêté le 1er septembre 1943.

 

65- Contamin (voir Berheim). Alias Guibal. Courrier du service de renseignements pour Crémieux à Marseille. En fuite avec sa femme depuis un mois.

 

66- Testa (voir Bernheim), présenté par Miguet, agent principal de NAP au Service du ravitaillement de Marseille. Arrêté le 1er septembre 1943.

 

67- Giulg (voir Bernheim), agent principal de NAP, Service de ravitaillement de Marseille. Preuves insuffisantes (cas réservé).

 

68- Nicolas, (illisible) sous-chef à la gare des marchandises de Marseille. Principal agent de NAP aux Chemins de fer de Marseille. Aidait en outre les possibilités de sabotage et les passe à son (manque) Besson.

 

69- Besson (voir Berheim), agent pour le sabotage à Marseille. Nicolas s’est enfui à Aix. Besson s’est enfui à Baix (Ardèche).

 

70- Castelli (voir Bernheim). Alias Cordier. Agent de renseignements aux Chemins de fer. Arrêté le 10 mars 1943.

 

71- De Labaume (voir Bernheim), présenté par Contamin, agent de renseignements au courrier. Arrêté.

 

72- Paculle (voir Bernheim et Verviers), postier ambulant domicilié 25 boulevard Eugène Pierre à Marseille. Membre de l’organisation.

 

73- Brun, marchand de bicyclettes cours Lieutaud à Marseille. Membre de Radio patrie (voir Clary) depuis janvier 1943. Mis dans un camp de concentration par la police française.

 

74- Giudicelli, agent de Combat de Marseille (voir Clary et Orsin). En fuite depuis l’arrestation de Clary, recherches infructueuses.

 

75- Marchal (nom de guerre ?), voir Le Couster. Courrier de MU à Toulon, aucun renseignement.

 

76- Femme Arnaud, pharmacienne, boîte aux lettres de MU à Marseille, signalé le 8 octobre 1943 pour ses sentiments gaullistes.

 

77- Propriétaire du bar Mario à Marseille, boîte aux lettres de MU à Marseille (voir Le Couster) (voir Donati Félix). Cas réglé.

 

78- Fils du propriétaire du bar Chapitre, place des Danaïdes à Marseille (voir Le Couster et Donati). Boîte aux lettres de MU. Affaire réglée.

 

79- Dentiste, 1 ou 2 rue Crivoles à Avignon, premier étage. Le courrier Donati déclare n’y être allé qu’une fois en février 1944, avoir sonné et remis une lettre à la personne qui ouvrait avec le mot de passe « J’arrive de Bandole ». Homme environ 40 ans, 1,72 m, cheveux châtain. Membre de l’organisation (renseignements à rechercher).

 

80- Dufour, coiffeur, 30 bis rue Vincent Cordouan à Toulon, châtain, 1,70 m, taille élancée. Boîte aux lettre de Libération (voir Verviers et Donat), renseignements à rechercher.

 

81- Omer (Alias), de son vrai nom Lefévre (voir Wexler). Chef d’une compagnie de guérilla dans les Monts de Lure (Vaucluse). Fusillé par la Milice.

 

82- Gustave (alias, voir Wexler), domicilié à Sault (Vaucluse). Chef d’une compagnie de guérilla à Monts de Ventoux (Vaucluse). Se trouve au maquis et en relation avec 82.

 

83- Jim (alias), domicilié à Carpentras (Vaucluse). Agent de Combat (voir Wexler) et qu’on peut toucher par n° 83.

 

84- Cat (vrai nom, voir Wexler), entrepreneur de transports, 40 ans environ, 1,70 m, fort, cheveux couleur foncée, domicilié à Carpentras (Vaucluse) à l’extrémité de la ville.

 

85- Luciani Jean. Alias Jeannot. Domicilié 5 rue Montbrion à Marseille. Adjoint en chef s’occupant des faux papiers. Se trouve probablement avec ses parents. Le 14 mai 1943, les documents concernant la falsification des papiers pour la région ont été saisis.

 

86- Ziller (frère du n° 60), René. Alias Charles. Même domicile que son frère, juif. Membre de Combat (renseignements recherchés).

 

87- Jaubert Jules, fils, français, célibataire, catholique, né le 31 janvier 1911 à Marseille, imprimeur, domicilié 14 rue des Bons Voisins à Marseille. Imprimeur de Combat et fabricant de faux papiers. En fuite depuis l’arrestation de son père le 17 mai 1943. Ne peut être retrouvé.

 

88- Alfieri (nom de guerre ?), voir Maisons, domicilié à Draguignan. Adjoint de Morron chef de secteur de l’AS. Information communiquée à la Base de Draguignan le 3 octobre 1943.

 

89- Fracassi, 30 ans, 1,70 m, cheveux foncés, mince, domicilié à Nîmes. Maisons l’a vu deux fois au calé des Fleurs. Chef départemental de Groupe Franc dans le Gard (renseignements recherchés).

 

90- Le Bihan. Alias Lebreton (voir Brown, Lecouster, Ullmann, Verviers, Donati, (manque) etc.). Employé du ravitaillement, section des conserves et son (manque). Ces deux personnes connaissaient toutes les personnes du département du Var. Chef départemental de ROP. Arrêté.

 

91- Jallat, domicilié Hôtel de Paris à Cannes. Chef de groupe départemental (Groupe Franc) à Cannes. Arrêté en avril 1943 par les Italiens.

 

92- Paquerot, domicilié 18 rue Barla à Nice. Adjoint en chef des Groupes Francs des Alpes-Maritimes. Arrêté en avril 1943 par les Italiens.

 

93- Alexander Edouard, domicilié à Nice. Chef du groupe Francs Tireurs des Alpes-Maritimes. Arrêté en avril 1943 par la police française.

 

94- Docteur Reynaud (voir Seguin). Chef NAP (chef départemental) pour les Alpes-Maritimes. Arrêté en avril 1943 par la police italienne.

 

95- Leriche (nom de guerre), voir Seguin, domicilié à Cannes, sa boîte postale étant la chemiserie Durif, 29 rue d’Antibes à Cannes. Adjoint au chef départemental de l’AS. Adresse transmise à la police italienne le 3 octobre 1943. Arrêté à Nice en décembre 1943.

 

96- Femme Bidault, française, catholique, célibataire, 40 ans, taille moyenne. Alias Elisabeth. Chef du service régional de MU en activité jusqu’en janvier 1943 au 103 rue Kléber à Marseille et jusqu’en juin 1943, rue Liandier à Marseille. Pas d’autre renseignement jusqu’à présent.

 

97- Leenhardt Alfred, français, président et directeur général de la Compagnie générale des pétroles, 2 rue Fongate à Marseille. Domicilié 183 rue du Docteur Gauvin à Marseille. Membre du comité des experts de MU.

 

Police française

 

98- Theus, français, catholique, commissaire de police au Contrôle du service de la Surveillance du territoire français. Il continue à fonctionner malgré l’interdiction (voir aff. d’espionnage Johannes au BDS de Paris. A pris la fuite au cours de l’enquête menée par T (manque) (voir déclaration de Berg). Son service se trouve 20 boulevard d’Athènes à Marseille, 3e étage. Ami de Chevance et chef régional de Combat. A pris part à Combat. A fourni des renseignements sur ce qu’il apprenait dans son service (voir Berg, Lanot, Dr Crouzet, Bernheim, Verviers, Clary). D’après les indications de l’agent double Multon qui lui fut présenté pour obtenir des renseignements sur ce qui se passait dans la police française, Multon suppose que Theus avait placé un agent dans notre service.

 

99- Petitjean, commissaire de la Surveillance du territoire à Toulon. A recruté Clary et l’a confié au Docteur Groult au rassemblement de  Combat.

 

100- Pibouleau, inspecteur de la Police de sûreté, section administrative. Membre de Radio-patrie. A averti un soir 30 personnes qui devaient être arrêtées le lendemain par la police française.

 

101- Carnoux Henri, inspecteur de police, section judiciaire à Marseille, domicilié au Canet-Marseille. Agent de liaison entre Cany et Lancien.

 

102- Orsini Gratien, inspecteur auxiliaire de la Police judiciaire, domicilié rue du Commandant Imhaus à Marseille. Agent de liaison entre la police et Combat Guidicelli (Voir Clary et Lanot).

 

103- Barbier Louis, inspecteur en chef de la Sûreté à Marseille, domicilié 24 rue Antoine Blanc à Marseille (voir Lanot et Bernheim). Auxiliaire de Combat.

 

104- Kintana Aimé, français, policier français à Marseille. Par l’intermédiaire de Beltrami serait entré dans  l’Organisation.

 

105- Corsini Paul, inspecteur de police à la PJ de Toulon. A fait de la propagande pour Franc-Tireur. A donné à plusieurs reprise le journal Franc-Tireur à Lanot.

 

+

Partager cet article

Repost 0
Published by Duny-Pétré Arnaud
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Colonel Pétré, la Résistance à Marseille
  • Colonel Pétré, la Résistance à Marseille
  • : Biographie du Lieutenant-Colonel Jean-Baptiste Pétré, chef régional de l'Armée Secrète AS à Marseille. Archives de l'AS, de la déportation, de l'épuration. Campagne de France et Résistance durant la 2ème guerre mondiale.
  • Contact

Recherche

Liens