Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 juillet 2010 2 20 /07 /juillet /2010 11:27

 

Nous de la Résistance

par Jean Pétré

Extrait d’un article paru dans L’alpin du 141,

bulletin mensuel de l’amicale régimentaire du 141e RIA, n° 27, juillet 1945

Q

 

UEL plaisir de pouvoir enfin se dire ce que nous pensons, tout ce que nous pensons, sans avoir à craindre la censure de l’occupant. Nous faision bien tout notre possible pour laisser entendre, insinuer, suggérer… Mais c’était pénible et dangereux. D’autant qu’il fallait se garder d’attirer l’attention de ces salauds sur notre chère amicale. Et malgré toutes leurs recherches, ils n’ont rien trouvé qui ait pu mettre l’amicale dans le bain. Pourtant, elle y était jusqu’au cou ! Et vous autres, vous le saviez sans le savoir, tout en sachant, comme dit l’autre.

Le type de la Gestapo qui m’interrogeait, m’a tout de suite demandé: —«Alors, les membres de l’amicale se réunissent comme ça, tous les dimanches et les jeudis. Mais pour quoi faire ?»

Je répondis que vous étiez contents de vous voir pour échanger vos souvenirs, pour vous retrouver entre amis. —«Hé, me disait-il, simplement pour ça ? Vous voulez me le faire croire ? —Croyez ce que vous voudrez, répondis-je, et prouvez que je mens. —Oh ! concluait-il, vous n’êtes pas plus malins que nous et nous avons fait cela avant vous…

 

Une organisation para-militaire

Mais tout malin qu’il se disait, il n’a rien trouvé qui prouvât que l’amicale était une organisation para-militaire. Et pourtant, elle l’était. Je vous avais regroupé en deux bataillons qui étaient fin prêts, depuis le commandant jusqu’au dernier voltigeur. J’avais mis ensemble ceux qui étaient amis particulièrement, laissé leurs hommes de la guerre aux officiers, leurs groupes aux sous-officiers, en un mot gardé la structure de notre régiment. Vous étiez prêts pour l’action. Mais le mal que vous m’avez donné ! Car, à ce moment, vous vous êtes mis à vous marier et vous changiez d’adresse à chaque instant. Je passais des nuits à remettre à jour mes contrôles.

De tout cela, vous ne saviez rien parce que je ne pouvais pas vous le dire. Mais moi, je savais que je n’avais qu’à lever le doigt pour que vous me suiviez au bout du monde. Et c’est pourquoi je souris quand on me parle des Résistants de la première heure. Nous, au 141e, nous étions Résistants, si j’ose dire, avant l’heure. Et nous étions archi-prêts, quand personne ne songeait encore à organiser la Résistance. Nos réunions paraissaient innocentes, mais je sais que vous sentiez qu’il y avait «quelque chose». Et vous le sentiez, parce qu’entre nous, il y a toujours une communion parfaite. Cette communion demeure, plus belle que jamais. Elle est installée dans nos cœurs et rien ne peut la détruire, ni même l’atteindre. Nous la garderons, solide et résolue, pour les jours à venir.

Jean Pétré

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Duny-Pétré Arnaud
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Colonel Pétré, la Résistance à Marseille
  • Colonel Pétré, la Résistance à Marseille
  • : Biographie du Lieutenant-Colonel Jean-Baptiste Pétré, chef régional de l'Armée Secrète AS à Marseille. Archives de l'AS, de la déportation, de l'épuration. Campagne de France et Résistance durant la 2ème guerre mondiale.
  • Contact

Recherche

Liens